Déjà bien écornée, l’image des forces de sécurité et de défense gabonaises vient encore de prendre un coup. 

 

 

Au vu de la couleur du taxi, la scène se passe à Libreville. Elle a été filmée par un passant et la vidéo fait le buzz sur la toile. « Un vieux comme toi, tu veux jouer au bandit ! Au Cameroun là-bas, on se comporte comme ça ? » Tels sont les propos xénophobes et injurieux d’un agent des forces de « l’ordre », entrain d’interpeller un usager de la route ou du moins, un chauffeur de taxi, après avoir giflé ce dernier.

Pourquoi le gifler ? Pourquoi évoquer sa nationalité ? Tellement de questions sans réponse. Et pourtant, « Nul ne peut être humilié, maltraité ou torturé, même lorsqu ‘il est en état d’arrestation ou d’emprisonnement« , dispose clairement la Constitution gabonaise dans le premier alinéa son premier article. C’est quand-même surprenant de constater que ceux qui sont censés faire appliquer la loi sont mêmes les premiers à la transgresser.

Une fois encore, une fois de trop, la police nationale se distingue négativement. Avec l’insécurité galopante, ils brillent plus dans le racket via des contrôles douteux. Les bavures policières sont tellement légion que cela devient carrément banal et ce n’est pas normal. Une chose est sûre, cet agent mérite une lourde sanction. 

Regarder la vidéo